BE Larp a décidé de s’arrêter sur les GN organisés par ses membres tout au long de l’année. De cette manière, elle permet de mettre l’accent sur la variation des jeux de rôles grandeur nature existant en Belgique. Ce mois-ci, c’est sur le GN « Les Chroniques de Draghill III : A deux ponts de la guerre« , organisé par l’ASBL « Les Rôlistes Anonymes » que l’on s’arrêtera. L’événement s’est déroulé du 29 septembre au 1er octobre 2016 à Pexhofweg. Trois participants à l’événement ont accepté de répondre aux questions de l’équipe pour faire un compte-rendu de l’événement, il s’agit de Stéphane Vériez (PNJ), Kevin Leclercq (PJ) et Qin Long (PJ). Suite à leur témoignage, nous pouvons en conclure que l’événement a été un grand succès et promet une belle 4e édition.

Les Chroniques de Draghil, Pourquoi ?

chrKévin : Tout simplement parce que c’était un nouveau GN qui pointait le bout de son nez. L’idée de prendre part à quelque chose de nouveau nous tentait pas mal avec des amis, on y a donc créé un groupe. Pour ne rien gâcher, je connaissais plutôt bien certains des orgas. Le scénariste étant même la personne qui a masterisé les premières parties de JDR auxquelles j’ai pu participer il y a près de 15 ans de cela.

Stéphane : L’univers ma intéressé, la bonne humeur de l’organisation. Ce n’est pas mon premier GN : cela fait 6 ans que je pratique le grandeur nature medfan.  

Qin : Je n’ai eu que de bons échos mais comme je préfère me faire mon propre avis, j’ai participé et j’ai réellement apprécié Draghil.

 Personnage dans « Les Chroniques de Draghil » ?

Qin : Mon personnage était Vaknar Harlson, un montagnard humain. 

Kévin : Il est connu de tous sous le nom de Corbeau et il a complètement laissé son ancienne vie derrière lui depuis qu’il a rejoint l’Ost d’Ebène. C’est un groupe de mercenaires pour qui la fin justifie les moyens lorsqu’il s’agit de remplir un contrat. Nous nous sommes fortement inspirés de la série de roman « La Compagnie Noire » pour monter ce groupe. Ce ne sont pas des mecs bien, ni des mecs mauvais mais s’il faut se salir les mains pour faire le boulot, ce n’est pas un problème. Pour ce qui est de mon personne, il colle tout à fait à cette mentalité… C’est clairement pas un héros, il va pas chercher à faire des actions d’éclat ou à sauver le monde, c’est sa pomme avant tout. Il est cependant très loyal envers les membres de l’Ost d’ébène, c’est un peu la seule famille qu’il n’a jamais connu et qui lui a permis d’échapper à la vie misérable qu’il connaissait avant. C’est d’ailleurs eux qui lui ont donné ce surnom lorsqu’ils l’ont ramassé à moitié mort, les corbeaux ayant commencé à faire un festin de sa carcasse. 

Stéphane : L’organisation ma confié le rôle d’un  chamane ONDIN, personnage plus ou moins important dans la trame de ce scénario dans lequel j’avais une assez bonne autonomie (ce que j’apprécie). Il y a cependant 2 choses que je trouve un peu dommages : j’ai eu la fiche de personnage 3 jours avant le live et, par conséquent, j’ai eu beaucoup de mal à réunir les éléments pour avoir un costume au top + il y a eu un gros manque d’informations primordiales concernant ce que ce personnage était censé savoir. Le résultat se traduit par une cassure systématique du RP avec les joueurs pour que je puisse aller chercher l’info auprès de l’organisation puis ensuite reprendre le RP laissé de coté. Je trouve que cela casse le jeu et le coté immersif.

Un souvenir de l’événement ?

chro

Qin : La création du clan les Charognards (et la rencontre des joueurs du clan) ainsi que les combats dans la forêt. 

Kévin : Réponse clichée mais difficile à dire tant le weekend a été riche à ce niveau-là. Si je devais choisir, j’évoquerais le moment où j’ai été « oublié » après une bataille. Celle-ci se déroulait à plusieurs centaines de kilomètres de l’endroit où se déroulait l’action principale, on a donc été téléporté jusque là pour accomplir une tâche bien spécifique : il s’agissait de récupérer une relique volée. Une partie du groupe se battait à l’extérieur pendant qu’une autre évoluait au sein d’un manoir pour récupérer la relique en tant que telle en participant à diverses épreuves. Je n’ai malheureusement pas été au bout de ces épreuves et je me suis retrouvé téléporté en plein milieu de la bataille… J’ai donc fais mon boulot en tentant de prendre par le flanc les lignes ennemies. Je n’ai donc pas entendu que le rituel de téléportation pour nous ramener était en cours et euh… Ils sont partis sans moi. Je ne dois mon salut qu’à l’intervention de l’un de mes frères d’armes qui n’a pas hésité à dépenser un souhait (butin inestimable s’il en est) pour me ramener. J’ai donc été sauvé et me suis fais accueillir chaleureusement par un amical « connard ! » dès mon retour. J’aurais pu parler aussi de ma séance de torture sur un Orc mais c’est moins tout public…

Stéphane : Le rituel chamanique dans les bois pour réactiver la conque, avec 8 autres chamans PJ.

L’équipe d’organisateurs, t’en penses quoi ?

Kévin : Au top, tout simplement. Je ne peux que m’incliner devant le travail qu’ils accomplissent. Ils voulaient créer un GN « Old School » et le pari me semble tout à fait réussi. En trois opus, on a pu constater une évolution positive tant au niveau des règles que scénaristiquement. Pour ne rien gâcher, l’intendance est également au top. 

Stéphane : Au top, et moins en stresse que le précédant opus.

Qin : Excellente, je n’ai rien à dire, pour moi j’ai passé un bon WE à Draghil. 

Derniers mots !

Qin : A revivre, partage, simplicité, amitié.

Kévin : SOUILLAGE ! Bon, outre la private joke, je dirais simplement que le retour à la réalité a été plus long que d’habitude… Vivement le prochain !

Stéphane : Dépaysant, j’adore me retrouver en nature avec des ami(e)s autour de rêves imaginaires communs.

 

 

Share

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *